Les Films

Une histoire à soi

Un film de Amandine Gaye
France
Synopsis :
 
Iels s’appellent, Anne-Charlotte, Joohee, Céline, Niyongira, Mathieu. Iels ont entre 25 et 52 ans, sont originaires du Brésil, du Sri Lanka, du Rwanda, de Corée du Sud ou d’Australie. Ces cinq personnes partagent une identité : celle de personnes adoptées. Séparé.e.s dès l’enfance de leurs familles et pays d’origine, ils ont grandi dans des familles françaises. Leurs récits de vie et leurs images d’archives nous entraînent dans une histoire intime et politique de l’adoption internationale.
UHAS_AFFICHE-120-519x705.jpeg
OnceuponaTiMEinVEnezuela_YoainiNavarro_Author-John-Márquez1.jpeg

Once upon a time in Venezuela

Un film de Anabel Rodriguez Rios
Venezuela, UK, Autriche, Brésil
Synopsis :

l était une fois, au Venezuela, Congo Mirador - un village sur le lac Maracaibo frappé de décomposition à mesure que le pétrole remonte des profondeurs des eaux. Deux femmes refusent de céder à la léthargie : Tamara, qui vénère Chavez, et son opposante Natalie, qui dénonce la corruption endémique. Anabel Rodríguez Ríos tisse un village et un pays teintés de réalisme magique, d’utopies, de poésie et d’espoirs qui s’effondrent.

Mer 20 oct / 20h / Cinestar

En attendant le carnaval

Un film de Marcelo Gomes
Brésil
Synopsis :

Dans la région du Pernambuco au Brésil, le petit village de Toritama est un microcosme du capitalisme impitoyable. Chaque année, plus de 20 millions de paires de jeans y sont produites dans des petites unités de production. Les gens du pays travaillent sans arrêt, mais ils sont fiers d’être maîtres de leur temps. Pendant le Carnaval, seul moment de loisir de l’année, ils transgressent la logique de l’accumulation des biens, vendent leurs affaires sans regret et fuient vers les plages à la recherche du bonheur éphémère.

Sam 16 oct / 18h / Cinestar
Capture d’écran 2021-09-01 à 10.51.32.png
jum_-0-16-27-15.jpeg

Juste un mouvement

Un film de Vincent Meessen
Belgique, France
Synopsis :

« Omar est mort ! » Une voix crie ces mots à Dakar, le 11 mai 1973. L’aîné de la famille Blondin Diop, jeune philosophe militant, beau parleur maoïste dans La Chinoise de Jean-Luc Godard, se serait suicidé dans sa cellule de la prison de l’île de Gorée. Sa famille et ses amis n’en croient rien et exigent que toute la lumière soit faite sur ce crime politique. Un fantôme rôde dans la capitale sénégalaise en ébullition.
"Juste un Mouvement" est une adaptation libre de "La Chinoise", un film de Jean-Luc Godard tourné en 1967 à Paris. Resituant ses rôles et personnages cinquante ans plus tard à Dakar, et actualisant son intrigue, cette nouvelle version offre une méditation sur la relation entre politique, justice et mémoire. Bien qu’il ne soit plus vivant, Omar Blondin Diop, le seul étudiant véritablement maoïste dans le film original, devient désormais le personnage clé. Tourné exclusivement avec des acteurs non professionnels et incluant les frères et amis d’Omar Blondin Diop, tout le monde dans ce film joue son propre rôle : un cinéaste, un rappeur, un poète, une travailleuse chinoise, un maître de Shaolin, un intellectuel sénégalais, le ministre de la Culture du Sénégal et le vice-président de la République populaire de Chine.

Jeu 21 oct / 18h / Cinestar

Rencontre avec Olivier Marboeuf

Nous

Un film d'Alice Diop
France
Synopsis :

Au lendemain de la marche du 11 janvier 2015 qui avait réuni deux millions de personnes, suite aux attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, le journal Libération, exalté, titrait: « Nous sommes un peuple ».
Moi qui m’étais curieusement sentie seule dans cette foule, je me suis demandé quel était donc ce « peuple » dont le journal parlait ?
Je crois que le désir de ce film part de cette question formulée dans ces circonstances funestes : qu’est-ce que ce « nous » ?

J'ai suivi la ligne du RER B, extrêmement symbolique, qui traverse des lieux chargés d’histoire comme la Basilique de Saint-Denis où sont enterrés les rois de France ou le mémorial de la Shoah qui jouxte le camp de Drancy. Suivre cette ligne, animée par cette question, c’était donc traverser une histoire de France mais c’était aussi être attentive à des récits, des mémoires, des visages.
Le film tente de dire que ce « nous » est autant une question qu'un doute, une affirmation ou un projet en construction. La chasse à courre, l'écrivain Pierre Bergounioux, les gens qui votent Front National, la banlieue des pavillons, celle des grands ensembles, mon père, les rois de France, les mecs de cité, les enfants sont intégrés sans hiérarchie à ce « nous » que je cherche. S’il y a bien des mondes qui vivent à la lisière les uns des autres, le film veut tisser un lien et un chemin entre ces îlots.

Ven 15 oct / 18h / Cinestar
ivloclprgbwq9ybbnw4z.jpeg
EN_ROUTE_POUR_LE_MILLIARD_5.jpeg

En route pour le milliard

Un film de Dieudo Hamadi
France, Congo, Belgique
Synopsis :

1734 km sur le fleuve Congo, une incroyable épopée pour réclamer justice. Sola, Modogo, Mama Kashinde, Papa Sylvain, Bozi, Président Lemalema... font partie de l’Association des victimes de la Guerre des Six Jours de Kisangani. Depuis 20 ans, ils se battent pour la mémoire de ce conflit et demandent réparation pour les préjudices subis. Excédés par l'indifférence des institutions à leur égard, ils décident de se rendre à Kinshasa pour faire entendre leurs voix.
Ven 15 oct / 20h / Cinestar

Le repaire des contraires

Un film de Léa Rinaldi
France
Synopsis :

Chapiteau installé à Chanteloup-les-Vignes, banlieue la plus pauvre d’Ile-de-France, Le Repaire des Contraires est le théâtre de ce récit.

Telle une Indienne dans la ville, Neusa utilise ses armes : le cirque et le théâtre. Après plus de vingt ans de travail avec les enfants, elle voit enfin son action reconnue par la Mairie qui finance un chapiteau en dur.

Le Repaire des Contraires, lieu social engagé, est ravagé par un incendie criminel fin 2019. Ce film « éponyme », tourné sur 3 ans, est un témoignage sur le combat d’une « guerrière » et sur les réalités d’un territoire difficile.

En suivant les aléas de la vie du chapiteau : construction, déconstruction, reconstruction, incendie, nous découvrons le parcours de ces quatre enfants qui grandissent et évoluent auprès de lui. Au détour de leurs performances dans le décor bétonné de la ville, le paysage urbain se transforme et devient un espace propice à la poésie de l’instant.

Dim 17 oct / 20h / Cinestar

Rencontre avec Léa Renaldi

Capture d’écran 2021-09-01 à 11.17.53.png
_DFC_Still_4k_WV_00005.jpg

Dear future children

Un film de Franz Bohm
Allemagne, UK, Autriche
Synopsis :

Durant les mois qui ont précédé la pandémie, 50 pays ont connu des manifestations citoyennes contre la corruption, quand partout des lycéens et lycéennes faisaient grève pour le climat. Âgé de 20 ans, Franz Böhm est parti caméra au poing à Hong Kong, en Ouganda et au Chili dresser le portrait de trois jeunes femmes activistes engagées corps et âme pour l’environnement, la démocratie et contre la corruption.
Mer 20 oct / 18h / Cinestar

Summer of  Soul

Un film de Amir questlove Thompson
USA
Synopsis :

Summer of Soul... raconte l'histoire du Harlem Cultural Festival qui s'est tenu à New York en 1969 en parallèle du festival de Woodstock et dont personne n'a jamais entendu parler. Le festival avait pourtant réuni plus de 300.000 personnes pour une série de concerts donnés par des artistes majeurs comme Stevie Wonder, Nina Simone, B.B. King, Sly and the Family Stone... Ahmir Thompson a mis la main sur des archives de plus de 50 ans pour donner naissance à ce film.

Jeu 14 oct / 19h / Cinestar
000050_06_5th_DIMENSION_1-1adj.jpg
Freda.jpeg

Freda

Un film de Gessika GENEUS
Haiti, France
Synopsis :

Freda habite avec sa mère, sa sœur et son petit frère dans un quartier populaire d’Haïti. Ils survivent avec leur petite boutique de rue. Face à la précarité et la violence de leur quotidien chacun cherche une façon de fuir cette situation. Quitte à renoncer à son propre bonheur, Freda décide de croire en l’avenir de son pays.

Ven 22 oct / 19h30 / Cinestar

En présence de Gessica Généus

Le Pardon

Un film de Behtash Sanaeeha et Maryam Moghaddam
Iran
Synopsis :

Iran, de nos jours. La vie de Mina est bouleversée lorsque son mari est condamné à mort. Elle se retrouve seule, avec leur fille à élever. Un an plus tard, elle est convoquée par les autorités qui lui apprennent qu'il était innocent. Alors que sa vie est à nouveau ébranlée, un homme mystérieux vient frapper à sa porte. Il prétend être un ami du défunt et avoir une dette envers lui.

Sam 16 oct / 20h / Cinestar
2f95da_51c6ab9eaabe4cc795e9528d6414a392_mv2.webp
UN-HEROS_1Z1A2151_A_R©AmirhosseinShojaei-1024x576.jpeg

Un héros

Un film de Asghar Farhadi
Iran
Synopsis :

Rahim est en prison à cause d’une dette qu’il n’a pas pu rembourser. Lors d’une permission de deux jours, il tente de convaincre son créancier de retirer sa plainte contre le versement d’une partie de la somme. Mais les choses ne se passent pas comme prévu…

Jeu 21 oct / 19h45 / Cinestar

I am Greta

Un film de Nathan Grossman
Suède, UK
Synopsis :

Greta Thunberg, une lycéenne de 15 ans, ne supporte plus de rester les bras croisés face au dérèglement climatique. Elle entame, seule, une grève de l’école devant le Parlement suédois. Quelques personnes la rejoignent, puis des centaines, et bientôt des centaines de milliers d’autres. D'une détermination sans limite, elle interpelle les politiciens du monde entier et se bat contre la lâcheté de leurs décisions motivées par des enjeux économiques. En l’espace de quelques mois, Greta devient une icône planétaire et la porte-parole de millions de jeunes qui veulent faire de demain un monde meilleur.

Mer 20 oct / 16h / Cinestar
2f95da_8f5e4ae242f047b0b7e40e6a66483587_mv2.webp
TMWSHS-Still_05_0141399-1030x432.jpeg

L'Homme qui a vendu sa peau

Un film de Kaouther Ben Anian
Belgique
Synopsis :

Sam Ali, jeune syrien sensible et impulsif, fuit son pays pour le Liban afin d’échapper à la guerre. Pour se rendre en Europe et vivre avec l’amour de sa vie, il accepte de se faire tatouer le dos par l’artiste contemporain le plus sulfureux au monde. En transformant son corps en une prestigieuse œuvre d’art, Sam finira toutefois par découvrir que sa décision s’est faite au prix de sa liberté.

Jeu 21 oct / 20h15 / Cinestar

Rencontre avec Annabelle Nezri

Writing with fire

Un film de Rintu Thomas & Sushmit Ghosh
India
Synopsis :

Dans un paysage médiatique encombré dominé par les hommes, émerge le seul journal indien dirigé par des femmes dalits. Armés de smartphones, la journaliste en chef Meera et ses journalistes brisent les traditions, que ce soit en première ligne des plus grands problèmes de l'Inde ou dans les limites de leur foyer, redéfinissant ce que signifie être puissant.

Jeu 21 oct / 18h / Cinestar
Bo2bV7jM.png
Capture d’écran 2021-09-02 à 09.18.23.png

L'Appel à la Danse au Sénégal

Un film de Diane Fardoun
France, Sénégal
Synopsis :

Aujourd’hui, au Sénégal, les danses traditionnelles perpétuées avec fierté, côtoient les danses urbaines portées par une jeunesse créative et revendicatrice. Différents courants artistiques foisonnent et s’influencent, dans un monde de plus en plus ouvert et connecté. L’Appel à la Danse est un voyage sensoriel, philosophique et méditatif porté par plusieurs personnages d’horizons aux antipodes qui vous ouvriront les portes de leurs mondes, de leurs âmes. D’un ton immersif et brut, parfois mis en scène, le film se compose de ces instants suspendus hors du temps où tout simplement la Danse permet de se rassembler, de célébrer et de s’évader. Le corps en mouvement s’exprime seul, en groupe, au centre culturel de Dakar, dans un battle de Krump, sur le bord de l’océan, lors des séances de lutte, au coeur d’une cérémonie initiatique en région… Il reflète l’état de chacun, son histoire, son environnement, son ressenti, son intention. Le film célèbre la « légende personnelle » , la création de liens à travers la danse, le dépassement de soi et le patrimoine culturel.

Dim 17 oct / 17h / Cinestar

Sélection Carte Blanche APCAG

76, l’éruption de la soufrière

Olivier Kancel, Guadeloupe

Ce film traite de l’éruption du volcan la Soufrière en Guadeloupe en Août 1976 et de l’impact de cet évènement chez les guadeloupéens.

Dim 17 oct / 18h / Moule

Zanmi

Nadia Charlery, Martinique

Autour de la table du repas qui réunit une douzaine d’amis s’organise un jeu de la vérité. Très vite le jeu s’engage sur des thématiques amoureuses et sexuelles, d’autant plus que l’ordonnateur du repas titille un couple de garçons en voulant savoir lequel des deux « fait la femme ». L’affaire va se gâter quand une jeune femme, membre de la famille va révéler, au cours du jeu, être en couple avec une autre invitée.

Dim 17 oct / 18h / Moule

Fuego Olimpico

Ricardo Soto, Mexique

Le 12 octobre 1968, inauguration des XIXe Jeux Olympiques à México. Une athlète entre dans l’histoire en allumant la « flamme de la Paix ». Le cours du temps s’inverse et elle porte désormais la flamme commémorative des étudiants assassinés lors du Massacre de Tlatelolco.

Dim 17 oct / 18h / Moule

Mal Nonm

Yannis Sainte Rose, Martinique

Suite à une remarque déplacée envers une femme, Nicolas tombe dans un monde parallèle où il va subir une série de micro- attaques habituellement réservées aux femmes.

Dim 17 oct / 18h / Moule

3 Fèy

Eléonore Coyotte, Haïti, France, Suisse

Esther a 6 ans, elle vit sa vie insouciante de petite fille jusqu’à ce que son père abuse d’elle. Une petite boîte à musique apparaît alors dans sa vie et ne la quitte plus. Alors qu’elle tente de s’en débarrasser, elle découvre celle de sa mère ; mais celle-ci ne semble ni voir celle de sa fille, ni la sienne... jusqu’à sa rencontre avec Farah. Trois Feuilles. Trois récits de femmes qui explorent les racines de l’identité, de la résistance et de la sororité.

Dim 17 oct / 18h / Moule

Anita

Rassoul Labuchin (Yves Médard), Haïti

Une jeune fille quitte la campagne haïtienne pour aller travailler chez une famille riche de Port-au-Prince. Ce film est le premier à présenter le problème des enfants confrontés à l'esclavage domestique.

Dim 17 oct / 18h / Moule

Techni’Ka, philosophie d’un corps

Treppi, Guadeloupe

La chorégraphe Léna Blou sublime les contraintes et les déséquilibres des gestes hérités de l’esclavage, en créativité. Les parades des performeurs, imposant des états de corps extraordinaires dans l’espace public, transforment cette grammaire corporelle en un outil d’expression qui donnent sens au corps vulnérable de la société antillaise. Ils réinscrivent l’histoire de l’esclavage dans une stratégie mémorielle réparatrice qui dépasse son héritage traumatique.

Dim 17 oct / 18h30 / Cinestar

En présence de Léna Blou

Tòl

Les étudiants de l’école Parallel 14, Martinique

“Tòl” se déroule sur une île tropicale, décharge géante dont les habitants sont des robots insectoïdes exploités par le contremaitre, robot hybride d’une araignée et d’un crabe des mangroves.
L’histoire à la particularité d’utiliser des codes narratifs et visuel universels tout en étant contextualisé dans nos régions et notre histoire. Ça en fait un court- métrage à la fois dynamique, moderne et touchant.

Dim 17 oct / 18h / Moule